Table des matières

Content Toc

Le sainfoin est une légumineuse cultivée comme plante fourragère, d’une pérennité de 2 à 3 ans et valorisée en fauche ou en pâturage. Il est adapté aux terres peu profondes et caillouteuses mais craint une humidité excessive et une acidité du sol. Il résiste bien au froid (sauf à l’état jeune) et à la sécheresse. Il peut donc avoir de l’intérêt pour les éleveurs des régions sensibles au manque d’eau comme la Famenne. Peu de données existent sur le sainfoin en région wallonne. C’est pourquoi il fait l’objet d’un essai réalisé dans le cadre du projet Terraé avec Géraldine Jourdan, éleveuse de chèvres bio à Borlon.

Pourquoi s’intéresser au sainfoin alors que la luzerne est aussi adaptée à ces conditions ? Quels sont ses avantages par rapport à la luzerne ?

  • Il est non météorisant, et convient donc pour le pâturage même semé en pur. Il faut toutefois faire attention à pâturer dans de bonnes conditions de portance du sol car il est sensible au piétinement ;
  • Il est adapté aux systèmes peu intensifs et recommandé pour les petits ruminants ;
  • Il contient des tannins condensés (2 à 2,5 fois plus que la luzerne) qui jouent un rôle contre les parasites gastro-intestinaux (propriété anthelminthiques), améliorent l’utilisation de l’azote (protection des protéines contre la dégradation ruminale) et diminuent les émissions de méthane entériques (propriété anti-méthanogène) ;
  • Il est plus riche en énergie (+0,11 /kg ) mais moins riche en protéines (-35g /kg ) que la luzerne, ce qui en fait un fourrage plus équilibré ;
  (g/kg ) (g/kg ) (g/kg )
Luzerne0,7817884
Sainfoin0,8914382
Source : Valeur de référence des aliments : tables INRA 2018
  • Il est très mellifère.

On distingue 2 types de variétés : le sainfoin simple qui ne fleurit qu’une fois dans l’année et le sainfoin double ou remontant qui fleurit 2 fois dans l’année. Ce dernier est plus productif que le type simple mais moins pérenne, et convient mieux pour la fauche. Le type double est à privilégier dans nos régions (Wallonie) alors que le simple est plutôt adapté aux zones d’altitude.

Objectifs de l'essai

A ce jour, peu de données existent sur cette légumineuse en région wallonne. L’essai vise donc à améliorer les connaissances sur la culture du sainfoin en Wallonie, et plus particulièrement en Famenne, en répondant aux questions suivantes :

  • Est-il préférable de le cultiver pur ou en association ?
  • Quel est son rendement potentiel dans notre région et les valeurs alimentaires sont-elles conformes à la littérature ?
  • Quelle est la pérennité du sainfoin ?
    En cas d’installation réussie, le potentiel effet antiparasitaire du sainfoin, lié à la présence de tannins condensés, sera testé au travers d’analyses coprologiques.

Protocole

Trois bandes d’essai de +/- 20 ares chacune ont été installées dans une parcelle située près de Borlon (commune de Durbuy). Le sol est limono-caillouteux à charge schisteuse et à drainage naturel principalement favorable. Il s’agissait d’une prairie permanente dégradée que l’agricultrice souhaitait rénover. La zone de l’essai a été labourée, chaulée (2500kg CaCO3/ha), fraisée et semée puis roulée. Trois modalités ont été mise en place :

Sainfoin purSainfoin + fromentalSainfoin + fléole
150 kg/ha sainfoin*112,5 kg/ha sainfoin*112,5 kg/ha sainfoin*
42,5 kg/ha avoine nue24 kg/ha fromental5 kg/ha fléole
42,5 kg/ha avoine nue42,5 kg/ha avoine nue
*variété lupinella (type double) au prix de 2,54€/kg HTVA

Le sainfoin étant très lent à l’installation, il a été semé avec un couvert d’avoine nue pour couvrir rapidement le sol et limiter le salissement de la parcelle. Pour cette même raison, les graminées associées au sainfoin ont été choisies pour leur installation plutôt lente.

Les conditions n’étaient pas idéales pour l’implantation du sainfoin : sol très acide (voir résultats d’analyse ci-dessous), teneur en calcium très faible et semis après retournement de prairie (libération d’une quantité importante d’azote préjudiciable au développement des légumineuses). L’essai a tout de même été mis en place dans cette parcelle après un apport de chaux dans le lit de germination pour limiter l’acidité du sol.

pH KCL4,5Minérauxmg/100 g TS
pH Acétate6,2P2,8
pH eau/K20,1
Carbone organique (%)3,7Mg15,6
Humus (%)7,4Ca141
Azote total (‰)3,6Na1,9
C/N10,2K/Mg1,3
Argile (%)23,8Ca/Mg9,1
(méq/100g)12,5  

Itinéraire technique, fertilisation et calendrier d’utilisation :

  • 15 avril 2023 : labour
  • 17 avril 2023 : chaulage (2,5t/ha CaCO3)
  • 18 avril 2023 : semis en ligne avec combiné herse-semoir
  • 26 septembre 2023 : récolte en préfané
  • … (à suivre)

Résultats

Implantation et salissement

La levée du sainfoin était uniforme et les inter-rangs sont restés propres. Le développement du couvert a été fortement ralenti par la période sèche allant de mi-mai à mi-juin.

Essai sainfoin 1
Photo prise le 6 mai 2023
Essai sainfoin 2
Photo prise le 7 juin 2023

Récolte et valeurs alimentaires

En raison du retard de développement, le début de la floraison du sainfoin n’a eu lieu qu’en septembre. L’agricultrice a fauché le 26 septembre 2023 l’ensemble du couvert (avoine + mélange prairial) pour en faire des ballots enrubannés.

Avoine nue + sainfoinAvoine nue + sainfoin + fromentalAvoine nue + sainfoin + fléoleSainfoin pur
%28,031,327,922,0
%11,111,111,814,2
CB %28,727,427,525,2
(/kg )775782788828
(/kg )0,800,810,810,853
(/kg )758773778821
(/kg )0,720,730,740,776
(g/kg )64656878
(g/kg )-21-21-17-4
(g/kg )85858898
(g/kg )909096115
Amidon (%)6,65,99,20,0
Sucres (%)8,711,48,17,5
(%)33313533
(%)6566
(%)53534939
%5,58,26,93,4
Digestibilité %56,859,759,561,0

Commentaires sur ces premiers résultats

Le rendement pour l’année d’implantation varie entre 1,2 et 1,9 t /ha (déduction faite du couvert). Cette très faible production l’année du semis a également été constatée dans des essais similaires menés en France (INRAE Lusignan) en 2018 et 2020 : dans le meilleur des cas, le rendement était de 1717 kg de /ha. Dans le pire des cas, le couvert était broyé à 2 reprises en raison d’une présence importante de chénopodes. D’autres essais réalisés par la Chambre d’Agriculture de la Lozère ne rapportent pas de rendement l’année du semis : seuls 2 pâturages d’automne ont été réalisés en septembre et novembre.

Le sainfoin s’est moins bien développé en présence de fromental. Probablement en raison de la vitesse d’installation de cette graminée plus élevée que celle de la fléole. Cependant, il est trop tôt pour identifier une association plus prometteuse, la fléole ne s’installant réellement généralement qu’en année 2.

Le couvert d’avoine n’a pas été fauché ni moissonné en raison de son faible développement. Il a donc séché sur pied jusqu’à la première récolte de fin septembre. Selon les modalités, il contribue entre 20 et 40% au rendement et fait baisser la valeur alimentaire du fourrage récolté en raison du stade de développement très avancé. Un échantillon de sainfoin pur a été analysé et montre des valeurs de 0,85 et 14,2% de , ce qui est proche des valeurs de référence (tables INRA 2018). Les échantillons issus du mélange prairial + couvert montrent des valeurs plus faibles (0,81 et 11,5% de ) en raison de l’effet de dilution du couvert d’avoine.

Les résultats obtenus pour cette première année semblent donc conformes à ceux obtenus dans d’autres essais réalisés chez nos voisins français. Pour les 3 années suivantes, ils relayent une production de 3,6 à 5,0 t de /ha… à suivre !

icone trucs et astuces

Vous avez déjà tenté de cultiver du sainfoin en Wallonie ? Votre expérience nous intéresse ! stifkens@fourragesmieux.be